du 12 au 15 novembre 2020

Belles Sauvages

Avis aux Perchés amoureux de la nature, venez vous frotter a votre animalité si souvent oubliée. Car oui l’humain n'est rien d'autre qu'un animal de plus sur la planète, reconnectez-vous aux instincts primaux que vous avez toujours eus. À bord de ce voyage, que vous soyez vêtus de vos poils, de fleurs ou d’argile, vous repousserez les limites de votre corps pour ne faire plus qu’un avec les autres, oublier les codes sociétaux et se rappeler de nos instincts oublies. Il est temps de réveiller votre feu intérieur, de faire fondre les glaces hivernales et de hurler à la lune comme les bêtes fantastiques que vous êtes. Il faut oublier le Moi et se rappeler du Nous, les Belles Sauvages. L'heure n'est plus aux selfies Instagram, mais a l'esprit de meute. Venez ne former qu'un corps collectif, devenez la Horde.

Durée du séjour

3 nuits

Queen Gurus

Schlampakir & Sara Hara

Thèmes

L’humain animal, retrouver l’animal en soi, la nature, l'univers queer, drag queen, king and things

Activités

Développement corporel, danse, workshops, vocaux.

Règles particulières

Nécessité d’être à l’aise avec l’idée d’être nu, de se "salir", ou en tout cas envie d’expérimenter dans ces directions.

Dress code

Naturiste et nature

Open to

18 à 78 ans. 50 personnes max.

Langues

Langues du corps, français & anglais

Intensité

Légèrement physique

Hardcore ?

No

Schlampakir

Schlampakir von Fickdich est né sous le soleil humide des tropiques, mais personne n’aime plus l’idée de l’obscurité et de la poussière que cette chimère étrange et théâtrale. Mi-latine mi-germanique, cette héroïque guerrière de la diversité déchire les stéréotypes et décapite les imbéciles à l’aide de ses ongles acérés.

Attention, elle mord !

Sasa Hara

Succube polymorphe provenant d’un royaume démoniaque lointain, Sasa Hara voyage maintenant à travers les vies mesquines des humains. Drag à la tête osseuse et aux griffes pointues, il n’y a pas de place pour les règles et étiquettes dans les endroits les plus sombres où elle va. Primitif, bizarre, féroce, c’est ce dont Sasa Hara nous régale. Plus qu’un “iel”, elle s’identifie pourtant surtout comme un “elle” parce qu’à son avis, la domination durable des hommes-cis est périmée et doit être démolie.